Le jeûne de l’expiation pour homicide involontaire (suite à un accident de voiture)

Comité permanent [des savants] de l’Ifta

Question : Ô Cheikh : Un jour mon père était malade, je l’ai emmené à l’hôpital dans ma voiture.

En route, on a eu un accident, suite auquel on nous a transportés tous les deux à l’hôpital.

Mon père est décédé suite à cet accident.

On a estimé ma responsabilité à un taux de 25%, et à 75% la responsabilité de la personne qui a causé l’accident, et qui est de nationalité égyptienne.

Nous, héritiers du défunt, nous avons cédé légalement notre droit au prix du sang à cet égyptien, ma question est :

1 – J’ai appris que je devais jeûner deux mois d’affilée, j’ai donc jeûné le mois de Radjab et Cha`bân. Si le mois de Cha`bân n’est pas de 30 jours et le mois du Ramadan arrive, que dois-je faire, qu’Allâh vous rétribue ?

2 – J’ai appris de la part de certains Chouyoukh qu’Allâh les rétribue que je n’hérite pas de mon père décédé.

Délivrez-moi la fatwa, qu’Allâh vous rétribue.

Réponse : Vous devez jeûner le deuxième jour de Chawwâl pour achever les soixante jours, car vous n’aurez jeûné que 59 jours.

Le mois de Radjab de cette année 1417 de l’hégire est de 29 jours, et Cha`bân 30 jours, et le jeûne du mois de Ramadan n’interrompt pas la succession du jeûne de l’expiation qui vous est obligatoire.

Quant au sujet de l’héritage, c’est du ressort des tribunaux.

Qu’Allâh vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Source : La Fatwa numéro 19150
Numéro de la partie: 21, Numéro de la page: 284

Question : Je suis un homme, Allâh a voulu que j’ai un accident de voiture où sont décédées ma mère et ma fille, qu’Allâh leur fasse miséricorde.

Ma question est : M’est-il permis de jeûner pour expier et accomplir le Hadj (Grand pèlerinage) cette année?

M’est-il permis, si je commence le jeûne, de jeûner en étant pèlerin ?

Réponse : Le pèlerinage n’empêche pas le jeûne de l’expiation pour homicide involontaire et si les jours de pèlerinage interfèrent avec le jeûne de l’expiation, il vous est interdit de jeûner le jour du sacrifice, qui est le 10ème jour, ainsi que les trois jours suivants; qui sont les jours de Tachrîq (11ème, 12ème et 13ème de Dhoul-Hidja), car on est obligé de couper le jeûne pendant ces jours, suivant ce qui a été authentiquement rapporté d’après le Prophète (Salla Allâh `Alaihi Wa Sallam) d’avoir interdit de les jeûner.

Le fait de couper le jeûne pendant ces quatre jours n’interrompe pas la succession.

Si vous jeûnez avant le jour du sacrifice en expiation, vous devez poursuivre le jeûne après les jours de Tachrîq, soixante jours pour toute âme décédée dans l’accident évoqué, si vous avez été accusé d’être responsable à 100% de l’accident ou d’en avoir eu un taux de responsabilité.

Au cas où vous désirez commencer le jeûne après l’accomplissement du pèlerinage, vous pouvez le faire, et c’est ce qui est préférable, car le moment du pèlerinage approche, et afin que vous puissiez couper le jeûne le jour de `Arafat, car ce qui est prioritaire au pèlerin est de ne pas jeûner le jour de `Arafat afin qu’il prenne des forces pour l’adoration, l’invocation et l’évocation d’Allâh.

Qu’Allâh vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Source : La Fatwa numéro 20680
Numéro de la partie: 21, Numéro de la page: 321

Question 1 : Je dois faire l’expiation du jeûne de deux mois d’affilée en raison d’un accident, j’ai entamé le jeûne le deuxième jour du mois de Radjab de l’année 1404 de l’hégire, je suis toujours en jeûne, mais le mois sacré de Ramadan arrive, je vous prie de me donnez la fatwa sur cette question.

Réponse : Votre devoir, si le mois de Ramadan est fini ainsi que le jour de l’Aïd, est de poursuivre le jeûne des deux mois, car le jeûne du mois de Ramadan ne coupe pas la succession.

Qu’Allâh vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Source : La Fatwa numéro 16636
Numéro de la partie: 21, Numéro de la page: 319

Question : Je vous informe que j’ai l’obligation de jeûner deux mois d’affilée pour avoir percuté un homme et causé sa mort.

J’ai entamé le jeûne, dix jours après mais je me suis senti épuisé (j’étais chauffeur de taxi), j’ai donc décidé de couper le jeûne et mon intention était de retarder le jeûne à un autre moment.

Mais une fois mon jeûne coupé et je suis rentré chez moi, je me suis senti mieux, alors j’ai jeûné le reste de la période.

Ma question est : Est-ce qu’en jeûnant 60 jours en ayant coupé le jeûne un jour après les dix premiers jours du jeûne, est considéré comme une continuité ou non, cela suffit-il à expier ?

Réponse : L’une des conditions du jeûne des deux mois (dans l’expiation de l’homicide involontaire) est la succession, sauf pour prétexte légal, comme la maladie, le voyage légal, le jour de l’Aïd, etc..

Donc, si le fait de couper le jeûne ce jour-là était dû à votre épuisement et que vous ne pouvais pas poursuivre le jeûne, cela n’est pas considéré comme une coupure de la succession.

Si ce n’était pas le cas, il faudrait compter le début du jeûne à partir du jour où vous avez coupé votre jeûne.

Qu’Allâh vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Source : La Fatwa numéro 21067
Numéro de la partie: 21, Numéro de la page: 318
Publié par alifta.net

1 Shares:
Vous aimerez aussi ces articles :